Accueil  --  Actualités  --  Textes

 


LISTE DE SUPERVISEURS


 

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

 

ASIE-PSYCHASOC
11, Grand Rue Jean Moulin
34000 Montpellier

Tél : 04 67 54 91 97
asies@psychasoc.com

 

   

Textes > fiche texte

PSF

Suggérer à un ami Version imprimable Réagir au texte

Joseph Rouzel

lundi 27 février 2006

Vous êtes quelques-uns uns à avoir répondu à mon appel qui part de mon désir que ce qui nous a été transmis par nos aînés, Sigmund Freud, Sandor Ferenczi, Mélanie Klein, Françoise Dolto, Jacques Lacan, François Tosquelles et bien d’autres, ne reste pas lettre morte, ni ne tourne en eau de boudin. Lacan définissait la psychanalyse comme le poumon artificiel d’une civilisation à bout de souffle. Or depuis son invention la psychanalyse a souffert d’être accaparée par trop d’associations ou écoles construites sur un mode quasi religieux, où les signifiants vivants de la psychanalyse sont dogmatisés et font l’objet de répétions hypnotiques qui remplacent la pensée. Certains de leurs membres dépensent leur énergie dans ces pratiques dévotes et s’épuisent en joutes stériles. Sans compter que depuis peu la bataille fait rage venant de l’extérieur. Trois attaques rien qu’en 2005. D’abord à partir de la proposition du député Accoyer, une loi (pratiquement bouclée à ce jour) qui vise la mise au pas des praticiens psychanalystes et psychothérapeutes ; puis un rapport de l’Inserm où la cause de l’inefficacité de la psychanalyse était entendue d’avance ; et enfin la publication d’un livre infâme, livre noir, livre glauque. Malheureusement face à ces attaques en règle on n’a pu que constater le retrait sur soi de la plupart des associations, chacune pensant d’abord à défendre sa boutique plutôt qu’à faire front commun. Bref on a parfois l’impression que la psychanalyse est devenue un champ de foire.

Comment soutenir une transmission de la psychanalyse de façon ouverte ? Bien sûr le vers était dans le fruit dès le départ avec la réunion d’une société secrète, la fameuse « horde sauvage », suscitée par Freud ; ou bien la création de son Ecole par Jacques Lacan, où se sont agglutinés autour d’un « Lacan-gourou » les suceurs de moelle d’un enseignement qui pourtant ne se prêtait guère à ce repas totémique. La création de l’école comme abri face à rudesse du siècle, s’est transformée pour beaucoup en planque ; l’invention de la passe, visant à recueillir un enseignement du passage des analysants du divan au fauteuil, s’est muée peu à peu en passe-droit et certificat de garantie. Lacan a reconnu d’ailleurs à Deauville que ça ne marchait pas. Quant au témoignage attendu des Analystes de l’Ecole (AE), il s’est manifesté sous une forme de « témoignage chrétien », là où on les attendait dans une critique agie de l’institution. Pourquoi s’acharner ainsi sur l’Ecole de Lacan ? D’abord parce que : qui aime bien châtie bien ! Ensuite parce que Lacan fut un des rares à reprendre le flambeau de Freud et à tenter de réveiller la psychanalyse là où les analystes eux-mêmes l’avaient endormie, comme la belle au bois du même nom. On doit rendre à Jacques Lacan d’avoir, juste avant de rejoindre le pays de l’Autre, dans un sursaut de lucidité courageux, dissous cette école devenue « la colle ». Deux ans plutôt il ponctuait d’un dire sans ambiguïté ce qu’il en est de la transmission de la psychanalyse, sans qu’on en fasse grand cas. « Tel que maintenant j’en arrive à le penser, la psychanalyse est intransmissible. Et c’est bien ennuyeux que chaque psychanalyste soit forcé, car il faut bien qu’il y soit forcé, de réinventer la psychanalyse. Si j’ai dit à Lille que la passe m’avait déçu, c’est bien pour ça : pour le fait qu’il faille que chaque psychanalysant, que chaque analyste, réinvente, d’après ce qu’il a réussi à retirer, du fait d’avoir été un temps psychanalysant, que chaque analyste réinvente la façon dont la psychanalyse peut durer ». (C’était à Paris en 1979). Malheureusement la fondation, à la fin de sa vie, de l’Ecole de la Cause Freudienne, remit en place les mêmes pratiques d’adoration réifiante, de pétrification de la pensée et de déversement en cascade de la parole du maître en autant de slogans, chacun s’en faisant le perroquet savant. J’en ai autant pour l’IPA corsetée dans des standards qui conviendraient peut être au dressage d’un chien, mais qui d’être appliqués à hauteur de parole d’homme, tombent dans la débilité. Mais la critique est bien connue. La mienne porte sur les institutions, pas sur les femmes et les hommes, souvent remarquables, qui les constituent, et qui malgré leur désir subjectif affirmé, se laissent « empéguer » comme on dit à Montpellier. En cela chacun d’entre nous y est pour quelque chose dans ce qui arrive. J’exagère dira-t-on. Bien sur : c’est le trait du caricaturiste. Mais le défaut fondamental était présent dès le départ. Ce que Gérard Pommier en son temps dénonça comme La névrose infantile de la psychanalyse 1 : celle qui vit les grandes associations, que ce soit celle de Freud ou de Lacan, tenues d’une main de fer par les doctes du cercle familial, réduisant la psychanalyse, comme le dit Pommier, à une initiation ou à une transmission familiale. On en mesure aujourd’hui toutes les conséquences. Si l’on veut que l’aventure continue, l’aventure, celle qui part d’une pratique et d’une pensée pour livrer passage à ce qui nous échappe, expression dont Freud qualifiait l’inconscient, il faut inventer. D’où ma proposition d’un signifiant vide, donc à habiter, qui a pour seule fonction d’indiquer la direction : Psychanalyse Sans Frontière. Aurais-je la prétention de faire mieux que mes aînés ? Non, mais ça vaut le coup d’essayer. Sans frontière ne veut pas dire n’importe comment, mais qui se déplace, qui voyage, résiste sans cesse aux tentatives de figer et l’action et la pensée. La survie de ce lieu non-lieu, ce lieu où « rien n’aura eu lieu que le lieu » comme l’écrit magnifiquement Mallarmé à la fin du Coup de dé, ce lieu du vide médian, que désignent les textes des anciens chinois 2 , et que soutient le travail analytique, est à ce prix, celui d’un déplacement incessant, à l’image de la guérilla vietnamienne face au rouleau-compresseur yankee. Les contre-attaques récentes ne portent guère puisqu’elles émanent de groupes en ordre dispersé, voire contradictoire qui de fait se neutralisent les unes les autres 3 . Le temps est venu d’entrer en résistance, de créer des réseaux de bonnes volontés, et la résistance s’organise y compris contre soi-même, contre nos semblables, nos frères, ceux dont on voudrait qu’ils nous ressemblent, ceux qui nous claquemurent dans leurs appartenances coupables : si tu m’aimes, sois comme moi etc. Maintenir la pensée analytique, et la pensée tout court, en vie, exige aujourd’hui, en une période historique où comme l’énonce Lacan « l’Autre n’existe pas », où les fondements de la subjectivité sont menacés, d’inventer des réseaux fluides et mouvants, voire émouvants, de citoyenneté. Des réseaux à la manière des « rhizomes » de Deleuze et Guattari dans « Mille plateaux » ; des réseaux à la façon du Web sur Internet, où ça circule sans frontière, sans douaniers, censeurs ou garde-chiourmes. Des réseaux de résistance. Ce qu’à sa façon un philosophe comme Dany-Robert Dufour, qui ouvre une lecture philosophique de la société qui est la notre en l’éclairant de la psychanalyse, affirme sans ambages « D’un coté, je suis bien obligé de constater que la place pour le sujet critique et ses anciennes névroses ne cesse de se réduire à mesure que s’étend la post-modernité. Que faire alors devant la mort programmée du sujet moderne ? Je ne vois rien d’autre que de tenter de le protéger comme une espèce menacée, dans l’espérance de jours éventuellement meilleurs, quitte à le faire entrer en clandestinité en lui faisant retrouver la pratique roborative des réseaux de résistance » 4 . On voit bien qu’au-delà de ce projet de PSF, au-delà de la question analytique, se profile l’enjeu d’une telle démarche : la survie menacée de toutes parts du sujet. La post-modernité visant à produire, comme le souligne ce philosophe « un sujet a-critique et psychotisé… un sujet flottant, délesté de toute attache symbolique… un sujet unisexe et « inengendré », c’est à dire désarrimé de son fondement dans le seul réel, celui de la différence sexuelle et de la différence générationnelle ». L’enjeu est de taille, face auquel nos petites guéguerres d’arrière-garde, nos replis identitaires coconneux, nos petits moi-ce-héros, nos maquignonnages, nos communautarismes sectaires, nos petits arrangements entre amis, nos chacun pour sa pomme, nos chacun fait ce qu’il veut, nos après-moi le déluge, nos petits enfermements confortables, nos agitations du bocal entre semblables, nos revendications à la ressemblance et non à la différence, nos insignes et nos enseignes, … ne sont plus de mise. Quelle prétention, diront certains. Celui-là, il se prend pour qui ? Là n’est pas la question, mais de faire ce qu’on à faire. « Age quod agis », dit l’adage latin.

Alors reste la question que plusieurs m’ont posée. Comment habiter et faire vivre un signifiant pareil : psychanalyse sans frontière ? Je ne suis pas idiot, je ne crois pas à la génération spontanée, Pasteur est passé par là, et j’assume d’être le point de passage de ce dire. Il faut bien un minimum d’organisation, fut-elle acéphale. De quoi disposons-nous ? Des moyens du bord et du désir de chacun d’y mettre du sien. Sur le désir de chacun je renvoie à qui de droit. Sur les moyens du bord voilà le minimum vital, à étoffer et diversifier, d’un camp de base à partir duquel opérer dès maintenant :

- Différents groupes se sont mis au travail. Reste peut-être à se centrer sur des objets ou des questions qui fassent « comme-un ».

- Psychasoc dispose d’un Forum qui peut accueillir les premiers échanges autour du projet ; il est déjà en route sur le sujet.

- Tout un chacun peut produire des textes que je m’engage à passer sur le site

- Le site dispose d’une possibilité d’envoi en nombre auprès de plus de 3000 abonnés actuellement

- On peut aussi rendre compte d’autres initiatives, même si elles sont parfois entachées d’une volonté partisane, je pense à l’excellent travail fourni par les ateliers du CIEN, malheureusement sous l’emprise en sous main de l’ECF.

- Nous n’avons rien contre le fait de rendre-compte de ce qui se passe d’intéressant dans les diverses associations ou écoles, tout en favorisant au maximum le « sans frontière », à travers notamment des échanges avec d’autres champs, d’autres disciplines, d’autres terrains de jeu…

- Nous organisons en octobre 2007 le 2eme Congrès « travail social et psychanalyse » qui pourrait être une occasion de mettre en commun les trouvailles de chacun et de voir où ça nous mène.

- Psychasoc peut assurer l’intermédiaire. Je ferai le maximum pour que ce travail en réseau fonctionne, en dehors de ma personne, même si on peut compter sur moi pour la ramener.

- D’autres sites peuvent s’ouvrir, des revues en ligne. Certains fonctionnent déjà.

Il s’agit de tenter le coup d’un mode d’organisation 5 qui ne reposerait pas sur quelques personnes élues en se prenant les pinceaux dans cette élection imaginaire, mais de parier sur le collectif. Je renvoie ici aux travaux de Jean Oury sur cette question, notamment sur son séminaire du même nom, que les Editions du Champ Social viennent de republier 6 .

Pour le moment nous disposons d’une coquille vide : PSF, trois lettres, cela suffit à faire tiers et trinité, reste à inventer le pousse-Un qui puisse l’habiter. Aux quelques-uns uns qui ont montré le bout de leur nez pour cette invitation je leur dis : allons-y ! Où ça ? On n’en sait rien, mais on y va. Avançons sur ces chemins de campagne qui, comme le dit Martin Heidegger 7 , ne mènent nulle part. L’important n’étant pas la destination, de toute façon hors d’atteinte, mais de cheminer en inventant le chemin. Comme l’écrit le poète Antonio Machado : il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant.

J’attends vos retours…

1 Gérard Pommier, La névrose infantile de la psychanalyse , Point Hors Ligne, 1989.

2 Voir François Cheng, Le livre du vide médian , Albin Michel, 2004 et François Julien, Conférence sur l’efficacité , PUF, 2005.

3 Confer le dernier N° de La règle du jeu la revue de Bernard-Henri Lévy, intitulé « Psychanalyse : contre- attaque ». Réponses d’analystes, d’analysants et de sympathisants au Livre noir. Vient de paraître aussi L’anti livre noir de la psychanalyse , Seuil, 2006, qui malheureusement d’être cornaqué par la seule ECF, se referme, malgré la joyeuseté affirmée du ton, sur un discours monolithique. Ce qui ne favorise guère la création de ce que Mao nommait « la grande alliance ».

4 Dany-Robert Dufour, L’art de réduire les têtes , Denoël, 2003.

5 Ce que tentent par ailleurs d’autres associations comme l’APJL, l’Association de psychanalyse Jacques Lacan, en produisant une critique en acte de l’institutionnel. Je pense aussi au travail de Marc Thiberge publié sous le titre Les séminaires du mardi. Tome 1 : Psychanalyse et pratiques sociales : inventer ; Tome 2 :Clinique de l’acte analytique , Champ Social Editions, 2005

6 Jean Oury, Le collectif , Champ Social, 2006.

7 Vient de sortir, Martin Heidegger, La dévastation et l’attente. Entretien sur le chemin de campagne , L’Infini-Gallimard, 2006.

Commentaires


 

Copyright © par ASIE-PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

< site créé par meliwan  >